fbpx

Initiée par la FA (Football Association, la Fédération anglaise de soccer), la campagne #StopOnlineAbuse a été lancée aujourd’hui, 30 avril 2021. À partir de 15h, heure d’Angleterre (11h, heure du Québec) les réseaux sociaux de nombreuses entités sportives anglaises se sont tus. En fait, la grande majorité du sport européen s’est mis sur pause en espérant attirer l’attention du reste du continent d’ici minuit, heure locale, dans la nuit de lundi à mardi.

Pourquoi lancer #StopOnlineAbuse ce week-end?

La campagne vise à condamner les abus qui sont plus que monnaie courante sur les réseaux sociaux. Les athlètes, et surtout les vedettes du soccer anglais sont des cibles régulières de commentaires virulents. Les publications liée à cette campagne sont tous accompagnés de mentions comme #StopOnlineAbuse ou #TogetherAgainstHate.

Comme ici, les week-ends sont souvent chargés d’action sportive en Angleterre. Juste ce week-end, les amateurs se préparent à suivre plusieurs dizaines de matchs de soccer et un Grand-Prix de Formule 1. Avec ces nombreux évènements sportifs vient une quantité phénoménale de publications sur les réseaux sociaux pour chaque organisation impliquée.

Ces publications sont consommées par les amateurs pour leur permettre de suivre l’action en temps réel. Mais elles sont aussi utilisées par ces amateurs pour transmettre des commentaires abusifs. En étant totalement silencieuses, les organisations participantes espèrent attirer l’attention des amateurs, mais surtout celle des grandes entreprises de réseaux sociaux pour qu’elles prennent action.

La campagne a également traversé les frontières du Royaume-Uni, voyant plusieurs organisations européennes et athlètes, surtout dans le monde du sport, se joindre au mouvement.

Quel est le but de #StopOnlineAbuse ?

Selon la FA, les grandes entreprises de médias sociaux comme Facebook et Twitter peuvent faire plus pour contrer ces abus. Parmi leurs demandes envers ces réseaux, on note :

  • Ajouter des mesures pour filtrer les messages discriminatoires et empêcher qu’ils soient vus ou envoyés.
  • Prendre leurs responsabilités quant à la sécurité des plateformes.
  • Déployer des conséquences réelles envers les auteurs de messages abusifs.

La FA a aussi demandé au gouvernement anglais d’assurer que sa nouvelle loi sur la sécurité en ligne amènera des règles strictes qui rendront les entreprises de réseaux sociaux redevables.

Qu’est-ce que je peux faire ?

En n’étant pas en Europe, il n’y a pas énormément de solutions pour aider la campagne #StopOnlineAbuse. Mais il y en a!

  1. Prendre le temps de signaler les publications abusives que vous voyez. Et pas seulement ce week-end, en tout temps. Plus les réseaux sociaux reçoivent de signalements, plus ils agiront.
  2. Alerter le service de police local si vous remarquez des messages qui pourraient être dangereux, comme les menaces de mort ou de viol ainsi que les incitations au suicide.
  3. En parler ouvertement avec votre entourage pour sensibiliser vos proches et les inviter à faire de même.

Une discussion calme et ouverte avec vos connaissances qui ont tendance à dépasser les bornes est aussi une bonne idée. Il faut toutefois faire très attention pour éviter de déclencher leurs attaques. Et, évidemment, ne pas tomber dans leur piège si la discussion tourne au vinaigre!

En n'étant pas en Europe, il n’y a pas énormément de solutions pour aider la campagne #StopOnlineAbuse. Mais il y en a!
Source : Nyaaya

J’en profite pour mentionner que mes messages privés sont toujours ouverts. Si vous sentez le besoin de parler, que ce soit d’abus en ligne ou de tout autre chose, vous pouvez le faire via mon formulaire de contact, ma page Facebook ou mon compte Instagram.

Source de l’image de couverture : OlivierGD